Écrire vite

La “vélotypie” ?

Si la vélotypie concerne l’utilisation du clavier néerlandais Velotype (http://www.velotype.com/), alors, nous ne faisons pas de vélotypie. Si, en revanche, comme semble l’indiquer l’étrange étymologie (typus pour signe ou indice et velox pour agilité à la course, selon le Gaffiot) la vélotypie est une manière d’écrire rapidement, alors, oui, nous faisons de la vélotypie, peut-être comme M. Jourdain, et même mieux, car un système orthographique ne peut pas être aussi rapide qu’un système phonétique.

Pour beaucoup de raisons, et comme toutes les chaînes de la télévision française qui font du sous-titrage en direct, nous avons fait le choix de la reconnaissance vocale pour la transcription des propos en temps réel afin de rendre accessibles toutes sortes de réunions aux personnes ayant des déficiences auditives ou maîtrisant mal le français. Nous assumons ce choix qui est celui de l’efficacité et de la modernité.

La reconnaissance vocale

La reconnaissance vocale sert à écrire, à écrire vite. Les vitesses constatées à la frappe au clavier, en moyenne, sont de 100 à 250 caractères par minute, soit, selon un ratio de 5 caractères par mots (en français), 20 à 50 mots/minute selon son agilité.

Or, il est très facile en reconnaissance vocale d’écrire à la vitesse de 150 mots/minutes. Si l’on se base sur une moyenne de 35 mots par minute en dactylographie, on met 4,5 fois moins de temps par reconnaissance vocale. En d’autres termes, 4,5 heures de frappe correspondent à une heure de reconnaissance vocale.

Écrire vite

Avec une formation et un peu d’expérience, de 150 mots par minute, on arrive rapidement à 200-230 mots par minute, ce qui est la vitesse naturelle de la parole.

La reconnaissance vocale est simple et efficace. Mais elle n’est pas (encore) magique. Il ne suffit pas de poser un micro au milieu d’une salle pour récupérer un compte rendu à la fin. En revanche, avec une formation adaptée, un système informatique dédié et une organisation précise, la reconnaissance vocale permet de :

  • Produire par écrit le texte de n’importe quel prononcé en temps réel ;
  • Produire un compte rendu exhaustif en sortie de réunion quelques minutes après que celle-ci est terminée.

Contrairement à tout ce que l’on peut entendre ici où là, la reconnaissance vocale est la méthode la plus au point pour écrire le plus justement possible à la vitesse de la parole, et ce pour les raisons suivantes :

  • La société éditrice, Nuance, emploie 12 000 salariés, dispose de 35 bureaux dans le monde et réalise un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards d’euros ;
  • Une mise à jour logicielle a lieu tous les 2 ans améliorant significativement la précision de la reconnaissance vocale ;
  • Les logiciels de reconnaissance vocale sont construits sur le modèle de l’IA permettant d’apprendre de son utilisation ;
  • L’apprentissage de la reconnaissance vocale est beaucoup plus facile que l’apprentissage de n’importe quelle autre méthode (vélotypie ou sténotypie).

Par ailleurs, c’est la méthode d’écriture rapide la moins chère du marché pour les raisons suivantes :

  • Son niveau de diffusion permet des coûts très bas de fabrication ;
  • L’apprentissage pour être rédacteur vocal (ou speaker, mots préférables au désobligeant perroquet) est beaucoup plus rapide : 6 mois contre plusieurs années pour la vélotypie ou la sténotypie ;
  • Un ordinateur suffit à faire marcher la reconnaissance vocale, pas besoin de claviers spéciaux particulièrement onéreux.

Webmaster Eric Gresser